Retour



CRITIQUES DE L'ALBUM "DEUX MILLE HUIT"

<Grand Reportage Ensemble peint un jazz neuf et minimal.
Avec son premier disque (...) le trio chaux-de-fonnier GRE embarque l'auditeur dans une odyssée sonore envoûtante. Dès les premières secondes, on est emmené par le bout de l'oreille dans l'univers créé par l'ensemble. Dans "La période moustache", premier titre de l'album, les musiciens développent, construisent brique par brique un crescendo magnifiquement exploité par Jérôme Correa. Le son du saxophone nous faisant penser à un certain John Coltrane.
Même si de prime abord l'enchaînement des pièces paraît aléatoire, on remarque à la deuxième écoute que l'ensemble est savamment pensé.
Comme pour mettre en relief la trame mélancolique du premier titre, "Canaille en diable" joue à fond la carte du rythme. Dans une énergie rock, le son du groupe est brut, sans émotion. L'introduction, très écrite, dénote une envie de trouver un nouvel idiome rythmique, une envie de passer au delà de la simple mesure 4/4,
Même si toutes les pièces sont signée Jérôme Correa, on sent dans cet album un profond travail d'arrangement collectif. Chaque musicien trouve un moment pour s'exprimer. Peuve en est le solo introductif du bassiste Olivier Nussbaum dans "L'article de la mort". D'une douce expressivité, le musicien engage ses partenaires dans une ascension graduelle trouvant son paroxysme dans les déferlantes de Jérôme Correa. Le tout magnifiquement souligné par le batteur Vincent Boillat qui prouve son talent dans le titre "Poulet / chien masacre".
Altérnant les textures, variant les énergies, l'album tout au long de l'écoute, trouve une respiration naturelle. La recherche de nouveaux timbres étant au centre de la démarche artistique, l'utilisation de nouvelles techniques de jeu instrumental inonde les plages de cet opus.
Synthèse de cette recherche incessante de nouveauté, "Prière (d'éteindre)" prouve l'attachement du groupe à la musique contemporaine et plus particulièrement à la musique minimale. Grâce à l'emploi de séquenceurs, le trio bâtit une structure répétitive à la limite transcendentale qui clôture magnifiquement le disque. >

L'Impartial, 21/01/2010

..................................................................................................................................................................................................................................

< (...) Comment décrire la musique de GRE ? Voyage. Le mot est lâché (...). "Deux mille huit" ouvre les horizons, élève l'âme. Un "médic" indiqué pour réchapper aux pesanteurs des fêtes. >

Le Quotidien Jurassien, 21/12/2009

..................................................................................................................................................................................................................................

< A la fin de l'écoute des morceaux de ce "Deux mille huit", c'est la pièce intitulée "Cul / chemise" qui reste la plus prenante. Trois minutes de rythmes aventureux et palpitants avec un son de saxophone qui détermine clairement l'harmonie du morceau, moelleux, intense, résolu.
(...) La lente progression, la tension émotive du morceau "L'article de la mort" est un exemple réussi de la volonté des trois musiciens de jouer ensemble, de créer ensemble.
Le jeu du saxophone baryton est toujours capable de moduler la fréquence, de changer les intentions et les humeurs - et ceci à l'intérieur de chaque morceau - , sans que cela ne semble jamais forcé, difficile, ou peu intelligible. Le saxophone démontre à fond cette particularité de pouvoir apporter un chant mélodieux inspiré de pensées et d'imaginations les plus diverses.
(...) Parfois nous avons la sensation que dans cet album, seule manque la force dynamique d'une contrebasse acoustique, instrument avec lequel il est quasiment impossible de répéter de manière identique une séquence de notes. Un instrument irremplaçable, corporel, presque primitif.
Sans céder à auqun fétichisme, ni à l'improvisation, ni à l'écriture, ce trio suisse donne l'impression que son aventure musical est loin d'être terminée. Bonne chance. >

All about Jazz, Italia, 02/05/2009

..................................................................................................................................................................................................................................

Retour